Naundorff n'est pas Louis XVII...

Cette dernière partie en forme de conclusion intéressera davantage les "fins limiers" de l'Histoire de France, notamment pour la période couvrant 1789 et les années suivantes, années charnières où la France elle-même est décapitée cependant que Dieu veille à sauvegarder le Fils du Lys : Louis XVII.

De l'ouvrage "3000 visites de N-D de la Fraudais à Marie-Julie Jahenny", extase du 28 mars 1874, page 213 :

Notre-Dame
: "Le Roi, c'est un lys, c'est un héros, le monde ne le connait pas. Il règnera jusqu'à la fin des temps dans tout l'éclat de sa beauté et de sa gloire. Son nom n'est connu que du Ciel. Il sortira du Coeur adorable de Jésus quelques semaines avant la grande paix de la France. Elle se fera cette paix en plein trouble, en pleine révolte.

"Ce n'est ni un descendant Louis-Philippe, ni un Naundorff, ni un Napoléon. Il n'est pas parmi les prétendants Bourbons", mais...

C'est un Roi caché qui aura les belles vertus d'un Saint Louis et surtout sa belle foi".



L'énigme Naundorff" : une mystification sournoise :
C'est en substance ce qu'a révélé une découverte singulière, ayant trait au soit-disant "prince de l'exil" Naundorff, que nous nous sommes enfins résolus à vous livrer dans sa grandeur véritable, en regard de l'urgence des évènements, ce qu'à Dieu ne plaise.

Pie XII, Prince de l'Eglise

 

 

 

Au cours des années 1950, le Pape Pie XII, à la demande de quelques particuliers dont nous tairons les noms, fit entreprendre des recherches pour essayer de retracer le parcours de Louis XVII après le martyre de ses parents. Les archives dépouillées permirent d'extraire des richesses historiques inespérées et religieusement conservées si bien qu'aujourd'hui, l'on connaît l'heuristique indubitable de Louis XVII et de sa descendance jusqu'à nos jours, lignée d'où est issu le Grand Monarque. Nous ne reviendrons pas sur les prophéties annonçant la survie de Louis XVII, échappé du Temple et substitué par un garçon srofuleux, de 4 ans son aîné. Du 4 juin 1789 où Louis-Charles de France (Louis XVII) fut proclamé Dauphin (l'espoir Troyen) jusqu'au 8 juin 1795, date officielle de sa mort - OU DE SA FUITE , il s'écoula 6 ans.
Par ailleurs, d'aucuns ont entendu le nom de Naundorff dont l'énigme quoique largement médiatisée, ne peut peser lourd sur la balance de la Justice Céleste.

 

Voici ce qu'ont révélé les archives sur ce point précis :
"Le Prince de Condé, cousin de Louis XVI, avait à son service une jeune Prussienne de 22 ans. Elle se nommait Naundorff. La jeune demoiselle était devenue la maîtresse du Prince de Condé. Le Prince conçut de l'épouser, mais Louis XVI refusa car il ne voulait pas d'un mariage roturier. Le Prince de Condé passa outre et de cette liaison secrète naquit un fils en 1785, soit la même année que Louis XVII. Ce fils illicite fut élevé tantôt à Chantilly, tantôt à Versailles, de 1785 à Janvier 1789. De la sorte, l'enfant de Melle Naundorff, le Prince illégitime de Condé fut éduqué en compagnie des enfants de Louis XVI, notamment l'aînée Marie-Thérèse, la future Duchesse D'Angoulème.(C'est la raison unique pour laquelle le bâtard put faire valoir des souvenirs communs, notamment en ce qui concerne les descriptions de lieux et de personnes.) En Janvier 1789, Melle Naundorff fut chassée avec son fils naturel hors du service du Prince de Condé, nantie d'une forte somme d'argent afin de pourvoir aux nécessités du fils illicite et cela sur décision secrète de Louis XVI. Après la révolution, la terreur et la commotion populaire, le jeune Naundorff n'eut aucun mal à faire valoir l'identité de Louis XVII.
Le lecteur féru d'histoire peut mieux comprendre à l'éclairage de ces documents l'une des grandes interrogations des "Naundorffistes" eux-mêmes en ce XXIème siècle :
Pourquoi la chère et très estimable soeur de Louis XVII, la duchesse d'Angoulème a-t-elle renié invariablement le soit-disant "frère" Naundorff, au cours des années postérieures, jusqu'à la fin de ses jours ?
D'un jugement probe et vertueux, elle connaissait suffisamment bien son véritable frère Louis XVII avec lequel elle avait toujours entretenu d'excellents rapports et savait pertinemment qui se cachait sous les traits de Naundorff : un imposteur happé dans les rouages de la révolution.
La réponse de la Duchesse est désormais rendue intelligible par le précédent.
En dépit des assauts réitérés de Naundorff, la duchesse d'Angoulème l'a toujours considéré comme un authentique usurpateur. Ceci est en outre corroboré excellement par l'attitude de la bergère de la Salette vis-à-vis du Père Combe son confesseur en 1903 lui indiquant ne pas avoir reçu de Révélation au sujet de Naundorff, mais avoir seulement écouté quelque vague rumeur indue, alors que l'autre témoin des Révélations de la Salette, Maximin, rendit visite au comte de Chambord pour lui apprendre de Source Céleste la survivance de Louis XVII.
Mais entre temps,la mystification régicide infusée dans l'esprit du monde par Satan et ses pompes funestes, eut raison d'une opinion publique monarchiste passionnée qui ne prit pas le temps de la réflexion fondamentale. Par la suite, d'autres révélations privées, irrécusables ont définitivement mis en échec Naundorff et sa fourberie. La seule excuse possible à mettre à sa décharge est qu'il ait été lui-même petit enfant, victime innocente de cette fabulation machiavélique.
Il devient lumineux que par l'action salvatrice de l'Eglise de NSJC et les actions coordonnées du Vatican et de quelques personnes laïques dévouées, la Vérité a pu surgir, le St Esprit nous ayant gratifié d'abondantes preuves de la survivance du Grand Monarque par la destinée héroïque de son aïeul, l'authentique Louis XVII, enfant que la Divine Providence a su protéger dans son exil.
EPILOGUS VIA SENTENTIAM CLARITATIS :
Voici en épilogue, une parole du Seigneur Dieu adressée au Grand Monarque, parole dont il me fit la confidence en Décembre 2000  :
" Je ferai Mon jour de colère selon le jour de ta naissance." et,
" Dieu Mon Père te donne la Mission d'ouvrir les Voies Royales de Mon Avènement et du Règne de Dieu". La Mission est la Mission Divine du Sacré Coeur Royal, intervenant en faveur des hommes de bonne volonté pour les arracher aux griffes du gouvernement de Satan. Le Trone du Christ-Roi est avancé.
 

HENRI_DE_LA_CROIX
14/07/2010